samedi 24 décembre 2011


Je m’accroche à la lumière
La vie en bandoulière
Je m’étire et me tends
Je me fonds dans le temps…



Perles de Lierre...
















"Voici l'heure où le pré, les arbres et les fleurs
Dans l'air dolent et doux soupirent leurs odeurs.

Les baies du Lierre où l'ombre se receuille
Sentant venir le soir se couchent sur leurs feuilles

Le feuillage, qui boit les vapeurs de l'étang,
Lassé des feux du jour s'apaise et se détend."

Anna de Noailles

Tronc de bois...


Tronc de bois, délicatement drapé
Dans lequel ne coule plus la sève ; 
L'écorce n'a pas connu de trêve, 
S'éparpillant tel un tissu usé. 




lundi 5 décembre 2011

Coucher de lierre...



Entre ciel de cuivre et ciel d'étain...




"Le ciel d'étain au ciel de cuivre
Succède. La nuit fait un pas.
Les choses de l'ombre vont vivre.
Les arbres se parlent tout bas.

Le vent, soufflant des empyrées,
Fait frissonner dans l'onde, où luit
Le drap d'or des claires soirées,
Les sombres moires de la nuit.

Puis la nuit fait un pas encore.
Tout à l'heure, tout écoutait.
Maintenant nul bruit n'ose éclore ;
Tout s'enfuit, se cache et se tait.

Tout ce qui vit, existe ou pense,
Regarde avec anxiété
S'avancer ce sombre silence
Dans cette sombre immensité.

C'est l'heure où toute créature
Sent distinctement dans les cieux,
Dans la grande étendue obscure,
Le grand Être mystérieux !"

Nuit de Victor Hugo

mercredi 23 novembre 2011

Lumière


L'énergie instable des saisons jouent en nous dans un chaos qui limite notre marche en avant...
Heureusement, le soleil est toujours à sa place... 




lundi 21 novembre 2011

A tire-d'aile...

Prendre son envol... battements de coeur... battements d'ailes... se rejoindre en virevoltant... sous les voûtes célestes... bleu azur... espérer ! 



lundi 31 octobre 2011

Les Guêpes... Polistes


Les Polistes (Polistes gallicus – "Poliste français" ou "guêpe papetière") sont des guêpes sociales.
Ce sont des guêpes peureuses, voire même sympathiques, car inoffensives si on ne vient pas attaquer leur nid.
Les mâles n'ont pas de dard et la piqûre des femelles est rare et très légère... à peine perceptible...
Les mâles ont comme particularité d'avoir les yeux clairs ; leurs antennes possèdent 12 flagellomères alors que les femelles en ont 11 et enfin, la pointe de leurs antennes est enroulée.
Les Polistes fondent des colonies annuelles composées d'une fondatrice et d'ouvrières. 
Au printemps, une fondatrice construit un nid d’une vingtaine de cellules juxtaposées et destinées à recueillir les œufs. Après avoir construit la première cellule, elle continuera sa construction en mettant les nouvelles cellules tout autour, ce qui donnera une belle construction hexagonale. Ce nid est attaché à son support par un pédoncule plus ou moins central, il est fait d’un papier très mince qu’elles fabriquent à partir de fibres végétales ou de bois prélevés. Le nid ne sera jamais recouvert d’une enveloppe et sera toujours aérien.
Les Polistes se nourrissent, de mouches, de chenilles, d’insectes divers et sont considérées comme utiles.
A propos de la détermination de ces guêpes, voici un extrait du "site d'Alain RAMEL" (et plus particulière sur cette page "les guêpes sociales") : "En réalité, la détermination des Polistes est plus complexe : l'ancien Polistes gallicus correspond maintenant à 2 espèces différentes, Polistes gallicus et Polistes dominulus, ce dernier correspondant actuellement au vrai "Poliste gaulois"; il y a des variations des taches jaunes et surement des sous-espèces de P.gallicus (P.bischoffi ?)
(gallicus serait issu du regroupement de 2 espèces : foederatus et omissus ; cf. publication de Gusenleitner 1985)"




Toiles... Vêtements pour fées ? ...



















Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

© Edith Gayot-Boudier

Les photos et les textes de ce site ne sont pas libres de droit et sont régis au droit français et au Code de la Propriété Intellectuelle / All Rights Reserved.

Toute utilisation des images et textes doit avoir fait l'objet d'une permission d'Edith Gayot-Boudier / No image and text maybe copied or reproduced in any way with outwritten permission from Edith Gayot-Boudier

Vous remerciant / Thank you