mercredi 20 mars 2013

Accueillons le printemps comme il se doit…



Un berceau printanier, berceau de renaissance ; blanc de soie, blanc d’accueil, la belle se " vautrait" délicieusement dans l’insouciance d’un voile de soleil ; clin d’œil d’un printemps qui se fait prier… 















Elle est belle l’Abeille à miel, elle possède des trésors… et si nous l’admirions de beaucoup plus près… 




L’Abeille à Miel (Apis mellifera) ou l’abeille domestique, qui dès l’âge de trois semaines, sans aucun d’état d’âme butinera sans relâche… possède une vitesse de croisière de 7 mètres par seconde et la cadence de ses battements d’ailes est de 75 à 150 coups par seconde. Le mouvement des ailes s’effectue à l’aide de muscles puissants, d’où la variété importante de mouvements possibles. En vol, la paire d’ailes antérieures et la paire d’ailes postérieures sont attachées ensemble par des crochets ; cela permet de réduire les turbulences.  Bien évidement, les performances évolueront en fonction des températures, de l’apport nutritif en sucre qui fait office de carburant, mais aussi du poids de son chargement.


Ce chargement, constitué de pollen, sera emmagasiné dans les corbeilles de ses pattes arrière au fur et à mesure du butinage des fleurs.  
Lorsque l’abeille quitte une fleur pour aller se poser sur une autre, le pollen qui parsème son corps est brossé à l’aide des pattes antérieures, est humidifié afin de mieux glisser vers l’arrière, puis stocké dans les corbeilles. Au total, et comme tous les insectes, l’abeille possède 6 pattes.


Chez l’abeille, l’ouvrière a le corps pratiquement recouvert de poils. Ces poils ont différentes fonctions, allant de la protection contre le froid, passant par la récolte du pollen, et permettant également de ressentir les stimulations de l’extérieur. 




Elle a de jolis yeux notre belle abeille ; en effet elle possède de chaque côté de la tête, deux gros yeux noirs composés d’une multitude de cônes (des milliers) ; l’avantage de ses deux yeux est le champ visuel très large, l’ouverture peut atteindre presque 360° ; l’abeille peut donc garder la tête immobile et voir simultanément tout un panorama. D’autre part elle possède trois ocelles (des yeux simples), deux latéraux et un médian situés sur le vertex (front), qui lui permettent de capter l’intensité lumineuse et la variabilité des jours.



Ses antennes sont également un outil très complexe, sans cesse en mouvement (une quinzaine d’articulations).
Ce sont des organes essentiels pour la perception ; ils peuvent à la fois sentir, ressentir, goûter, entendre, communiquer, s’orienter dans l’espace, mesurer le degré d’humidité ainsi que la teneur en CO2 de l’air ambiant.


Un autre bel outil chez l’abeille est sa bouche. Elle possède de redoutables pinces (mandibules supérieures) servant à pincer, cisailler, découper, malaxer, pétrir et construire les cellules. Sa trompe, pliée au repos, mesure environ 6 mm. C’est un tube d’aspiration doté d’une langue coulissante avec laquelle elle peut lécher les gouttes de nectar au plus profond de la fleur, nectar qui sera ensuite placer dans le jabot contenu dans l’abdomen.


Tout ceci n’est qu’un très bref aperçu des trésors physiologiques de l’abeille à miel…


Nous admirons l’Abeille à miel, alors maintenant protégeons-là… elle, ainsi que tous les autres pollinisateurs, qui ont une importance capitale et sans qui nos fruits et nos légumes disparaîtraient… 




En effet, aujourd’hui, plus personne n’est ignorant, de tous les dangers qui menacent les abeilles à miel, ainsi que de la disparition inquiétante de toutes les abeilles sauvages* et de tous les autres pollinisateurs (syrphes, papillons, nombreux coléoptères, etc…) ; disparition survenue et qui est exponentielle depuis les années 1970. 




Nous avons tous le pouvoir, et même le devoir de leur venir en aide coûte que coûte, même à toute petite échelle, celle d’un balcon par exemple ou d’une fenêtre.

Dans le jardin, le jardinage bio s’impose comme une évidence ; un jardin bien géré peut se suffire à lui-même avec l’aide de quelques extraits végétaux, dont les plus connus sont l’ortie, la consoude, la prêle, la fougère, etc…

Il ne faut pas hésiter à semer des fleurs qui favorisent la venue des pollinisateurs et à laisser une petite surface en jachère (même d'1 mètre sur 1 mètre) dans laquelle vous sèmerez des fleurs de prairies.

Il faut noter que les abeilles adorent les fleurs rustiques et les fleurs des herbes mal nommées, soit "mauvaises herbes", plus riches en pollen que beaucoup de fleurs "sophistiquées" ; ces herbes sont, par exemple, le bleuet, le coquelicot, le sainfoin, le mélilot, le lamier, la nielle des blés, le trèfle, le serpolet, les pâquerettes, … etc…
Les pollinisateurs seront aussi très heureux dans le potager et dans le verger… les fruits en seront plus nombreux et plus beaux. 

N’oublions pas toutes les plantes aromatiques (thym, romarin, sauge, menthe, mauve, marjolaine (ou origan), bourrache, verveine, camomille, mélisse, etc…).


Aider les abeilles domestiques, sauvages, et autres pollinisateurs, c’est avant tout s’aider soi-même…


* Les abeilles sauvages font parties du même groupe que les abeilles à miel ; ce très grand groupe comporte plusieurs familles. Toutes se nourrissent de miel (pollen et nectar). Dans ce groupe, on trouve entre autre, le bourdon, l’abeille charpentière, l’andrène, l’halicte, la colette, la mégachile… etc…

Abeilles sauvages et domestiques :

D’autres photos en cliquant sur le mot "Abeille" dans "graines d’images"… 

10 commentaires:

  1. Remarquable reportage , .. belle vulgarisation !! .. un trésor que tu nous offre merci Edith !!! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Gérard... oui je me suis régalée avec ce petit article, j'y ai mis tout mon coeur et du temps ; je suis contente que le résultat soit satisfaisant. :)

      Supprimer
  2. ... et que dire de la clarté et netteté des photos !!!!! .. le top !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gérard... tes commentaires me font un immense plaisir :)

      Supprimer
  3. Magnifique Edith ! Bravo et merci ! Même Balbo reste coi devant tes belles photos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ♥ ♥ Merci Dolly... un gros câlin à Balbo alors :)))

      Supprimer
  4. Bonjour Edith, belle leçon d'anatomie. Moi les abeilles je les attire dans mon jardin et j'adore les regarder travailler.....J'avais les mêmes crocus bien blancs au coeur jaunemais aujourd'hui ils sont fanés. Bon samedi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Anny, maintenant les crocus blancs sont fanés ici aussi... ce sont les violets qui lèvent la tête très fièrement, tout en regardant pousser les jonquilles... Y'a du pollen et du nectar en réserve pour nos amis les pollinisateurs... Bon week-end !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

© Edith Gayot-Boudier

Les photos et les textes de ce site ne sont pas libres de droit et sont régis au droit français et au Code de la Propriété Intellectuelle / All Rights Reserved.

Toute utilisation des images et textes doit avoir fait l'objet d'une permission d'Edith Gayot-Boudier / No image and text maybe copied or reproduced in any way with outwritten permission from Edith Gayot-Boudier

Vous remerciant / Thank you