samedi 9 mars 2013

Le réveil de la coccinelle


Peu à peu les coccinelles se réveillent –
Un vent printanier me chuchote à l’oreille
un air enivrant comme un doux vin de treille.




Harmonia axyridis : forme succinea
















Harmonia axyridis

Cette coccinelle, Harmonia axyridis, est une espèce exogène à l’entomofaune européenne (originaire d’Asie du sud-est). 

Il en existe de nombreuses variantes, car l’espèce possède une large gamme de coloris : élytres rouges à points noirs et élytres noires à points rouges, en passant par de nombreuses nuances de jaune-orangé ; points de 0 à 19. 

Cette coccinelle a été introduite massivement en Europe dans les années 90 pour la lutte biologique ; dévoreuse essentiellement de pucerons (aphidiphage), et d’autres insectes de petite taille à corps mou (cochenilles, psylles, etc).

Sa particularité par rapport aux coccinelles européennes est son extrême voracité, particulièrement durant les deux derniers stades larvaires (la larve de la coccinelle passe par quatre stades (3 mues) avant de se transformer en nymphe, puis en imago (stade final de l’insecte). Son appétit (larve) est tellement exceptionnel qu’elle ne se contente pas de pucerons, cochenilles ou psylles, elle mange aussi d’autres insectes, dont des coccinelles, plus particulièrement les larves, entre autre celles des coccinelles européennes qui malheureusement ont un taux de reproduction moindre par rapport aux coccinelles asiatiques. Les coccinelles asiatiques apprécient également les fruits et n’hésiteront pas à s’installer dans les vergers.

Quand arrive la fin de l’été, comme toutes les coccinelles, les coccinelles asiatiques se regroupent pour passer l’hiver, mais contrairement aux espèces endémiques de l’Europe qui choisissent comme refuge le pied des plantes, le dessous des feuilles mortes, la mousse, etc… elles ont tendance à choisir l’intérieur des maisons. 

Les coccinelles asiatiques sont une espèce invasive qui étend son territoire à grande vitesse. Il semblerait que très récemment, on aurait remarqué qu’elles seraient devenues fragiles aux mêmes maladies que les coccinelles européennes, ce qui, si cela se relève exact, commencerait à réguler l’espèce (à confirmer…). 

On peut espérer qu’un nouvel équilibre s’installe… 



8 commentaires:

  1. C'est donc la coccinelle asiatique qui squatte ma salle de bains l'hiver, c'est bien qu'elle mange les pucerons mais qu'elle mange aussi les larves de nos coccinelles européennes et en plus les fruits, finalement elles ne sont pas les bienvenues chez moi, après avoir lu ton article ces petites bêtes à bon dieu ne sont pas si gentilles que l'on pourrait croire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Anny, mais ici c'est l'homme le responsable... il a voulu faire de la lutte biologique avec un insecte introduit sans en mesurer les conséquences... Maintenant elles sont là, il faut apprendre à gérer avec. J'ai grand espoir, car, bien qu'elles soient nombreuses dans notre jardin et notre verger, elles semblent régulées... J'ai de plus en plus de coccinelles bien de chez nous dans le jardin et les coccinelles asiatiques semblent diminuer. Je crois que le froid exceptionnel de l'année passée à dû en détruire un grand nombre. Bon dimanche Anny :)

      Supprimer
  2. l'introduction d'espèces est toujours risquée ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui ! aussi bien en insectes, qu'en plantes... à suivre ! Bon dimanche Béa :)

      Supprimer
  3. Un article bien conçu , de belles photos , des liens intéressant , .. exhaustif , .. tu maîtrises , . parfait !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci m'sieur mon ami Gérard ;-)

      Supprimer
  4. Juste un mot : SUPER.
    Tes photos sont nettes et précises, des photos de pro ! j'voul dis.
    Encore, encore.....

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

© Edith Gayot-Boudier

Les photos et les textes de ce site ne sont pas libres de droit et sont régis au droit français et au Code de la Propriété Intellectuelle / All Rights Reserved.

Toute utilisation des images et textes doit avoir fait l'objet d'une permission d'Edith Gayot-Boudier / No image and text maybe copied or reproduced in any way with outwritten permission from Edith Gayot-Boudier

Vous remerciant / Thank you