vendredi 23 janvier 2015

Ô fils ... de l'hiver


Au fil des pas, passe le temps
Au fil du temps, défilent les jours
Au fil des jours, le temps s’enfuit… 
Il faudrait le suspendre ;

A un fil… ?
Au fil d’araignée, au fil de fer ?
Au végétal qui tisse son passage ? 
Ou tout simplement à l’hiver

Où tout retient son souffle, 
Où tout se fige à sa propre écoute…

Et ce fil invisible qui est en nous,
Celui qui nous relie ensemble
Et à l’essentiel…

Ce fil-là, je le cherche pour l’étendre à l’infini…







Le jour et la nuit, un instant se confondent
La neige et le soleil à ce moment se fondent
Habillant routes et chemins, de fils d’or et d’argent




Fils suspendus
Gouttes soutenues ;
Toile cosmique





« Dans l’interminable
Ennui de la plaine,
La neige incertaine
Luit comme du sable. »

Extrait de « Dans l'interminable ennui de la plaine » Paul VERLAINE (1844-1896)






« Vous êtes las
vous êtes nus
Plus rien dans l’air ne vous protège
Et vos cœurs tendres ou chenus
Se désespèrent sur la neige. »

Extrait de « L’hiver » Anna de NOAILLES (1876-1933)





« C'est l'hiver sans parfum ni chants... 
Dans le pré, les brins de verdure 
Percent de leurs jets fléchissants 
La neige étincelante et dure. »


Extrait de « L’hiver » Anna de NOAILLES (1876-1933)





« Et les arbres silencieux 
Que toute cette neige isole 
Ont cessé de se faire entre eux 
Leurs confidences bénévoles... »


Extrait de « L’hiver » Anna de NOAILLES (1876-1933)


* * *
Un mois de plus dans un autre lieu : 






mercredi 21 janvier 2015

Réveil





S'arracher de la torpeur
Paupières lourdes
Entrouvertes
Battements de cils
Eclat de jour
Sur le mur esquissé
Traces d'un rêve
Battements d'ailes et puis s'en va... 





dimanche 11 janvier 2015

Dans ma nuit…






Au plus profond de ma nuit
Voici longtemps que je dors ;
Claquements, cruauté, bruits,
Un mauvais rêve encore…

J’entends la rumeur dehors,
Sa clameur monte si fort ;  
Je ne veux pas me réveiller,
Je refuse la réalité…   

Pourtant je sais ; mes yeux pleurent,
Le corps tremblant et le cœur écorché,
Rien ne sert de retenir les heures,
Laisser les larmes couler…

Ils ont été arrachés à la vie
Dans une violence inouïe
Folie meurtrière…

A nous de retrouver la lumière… 






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

© Edith Gayot-Boudier

Les photos et les textes de ce site ne sont pas libres de droit et sont régis au droit français et au Code de la Propriété Intellectuelle / All Rights Reserved.

Toute utilisation des images et textes doit avoir fait l'objet d'une permission d'Edith Gayot-Boudier / No image and text maybe copied or reproduced in any way with outwritten permission from Edith Gayot-Boudier

Vous remerciant / Thank you