samedi 22 novembre 2014

Seule

Entre un été qui ne veut pas mourir
Un hiver qui ne peut pas venir ; 
L'abeille s'est figée sur sa solitude... 


Apis mellifera - Abeille à miel, nommée aussi avette ou mouche à miel


Cette abeille volait bien tristement dans le jardin hier... un 21 novembre, journée douce et ensoleillée. Il y avait bien quelques dernières fleurs, mais elles faisaient plutôt tristes mines...
Etaient-elles encore assez chargées de pollen pour qu'elle puisse y trouver les réserves nécessaires pour retourner dans la chaleur du nid où l'attendent ses sœurs ? 
En doutant, j'enduisis donc de miel légèrement dilué dans de l'eau, la fleur d’Anthémis sur laquelle l'abeille s'engourdissait... 

Peut-être a t-elle pu reprendre suffisamment de forces pour traverser la nuit humide de l’automne... 
J'espère...

Pensez à mettre dans votre jardin ou sur vos fenêtres de l'eau diluée avec du miel, ou quelques fruits bien mûrs si vous en avez encore... cela aidera les butineurs qui, attirés par la douceur de ces jours, sortent à la recherche d'une nourriture devenue trop rare... 




10 commentaires:

  1. HELLO ! d'abord la photo, elle est superbe ! et je n'aurais pas pensé leur donner à manger
    mais j'ai encore quelques fleurs sur mon balcon !
    j'ai beaucoup aimé aussi ta série sur les frelons
    et j'ai retenu la recette juste avant
    merci pour le tout
    bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marty pour tes visites et tes mots... merci beaucoup ... à bientôt... Bon dimanche à toi également !

      Supprimer
  2. Une bonne idée , .. mais je n'en vois plus, .. bonne journée Edith !! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une aussi aujourd'hui... mais celle-là était endormie (de froid), tête bien enfouie dans une fleur de rosier buisson... Bon dimanche Gérard !

      Supprimer
  3. Elle a déjà mis sa veste de fourrure et je me demande si elle n'est pas entrain de te faire de l'oeil ?
    Merci pour la recette.
    Nous nous avons aussi construit un petit hôtel à insecte pour cette hiver a base de tige de bambou du jardin de différents diamètres et toujours bouché d'un coté.installé dans des bétojards posées verticalement et surélevées bien à l’abri vers une haie et entouré d'un tapis de feuilles mortes
    Pour l'instant nous n'avons eu encore aucune réservation...
    Peut être aurons nous plus de chance pendant la saison de ski...

    Amitié Edith

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pascal... Je crois que vous allez faire des heureux avec cet abri... Un peu de patience, en général, il faut 2 à 3 mois pour que les insectes prennent leur place. Tu vas te régaler dès le printemps prochain... Abeilles solitaires, guêpes parasitoïdes... etc... tu ne sauras plus où donner de la tête... Si tu peux ajouter deux à trois morceaux de bois que tu perces avec différentes mèches, tu pourras observer tôt dans la saison printanière, ce que l'on appelle des Osmies... Des abeilles sauvages et solitaires, pelage noir et roux... Ce sont elles que l'on voit près des fenêtres, cherchant à combler le trou d'évacuation des eaux de pluies... Elles sont belles... comme le sont d'ailleurs toutes les abeilles, sociales et sauvages...
      Bonnes observations... Amitiés Pascal !

      Supprimer
  4. Merci pour ce conseil pour préserver nos amies les abeilles.

    Belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
  5. Je vais suivre ton conseil ! magnifique photo de ton amie butineuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Siam... Elles se sont maintenant toutes endormies nos chères butineuses ; laissons passer l'hiver avec ses tourments et ses beaux moments, le printemps à venir n'est pas loin...

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

© Edith Gayot-Boudier

Les photos et les textes de ce site ne sont pas libres de droit et sont régis au droit français et au Code de la Propriété Intellectuelle / All Rights Reserved.

Toute utilisation des images et textes doit avoir fait l'objet d'une permission d'Edith Gayot-Boudier / No image and text maybe copied or reproduced in any way with outwritten permission from Edith Gayot-Boudier

Vous remerciant / Thank you