1 janv. 2020

Belle année !

Janvier fait un pas
Que la nature accueille,
Accompagnons-le... 



Chevreuils
Échange de regards avec des chevreuils



oiseaux
Moineaux et verdiers... qui observe qui ?



oiseaux chardonnerets
Quelques chardonnerets élégants se restaurent de graines de cardères


Bonne année à vous,
prenez soin de vous et de la nature qui vous entoure ;
sans elle, nous sommes si peu... 


22 déc. 2019

Hiver ?

Premier jour de l'hiver et pas de pull-over
La pluie se déverse, bourrasques d'averses ; 
Puis le vent s'en mêle soufflant pêle-mèle
Sur les gris nuages qui partent en voyage ; 
Le soleil prend place, et la chaleur, hélas. 

Neige, givre et glace, la terre vous attend
Et pendant tout ce temps, rêvant sur vos traces, 
J'imagine... 



feuilles givre hiver







feuilles givre hiver






feuilles givre hiver






feuilles givre hiver






Feuilles givre hiver

9 déc. 2019

Poussière


Une année déjà
Les jours ont filé
Le jardin t’attend toujours… 


























Poussière était une minette exceptionnelle. Elle a choisi notre jardin, puis s'est rapprochée de nous et ne nous a plus quittés. Elle avait alors huit ans. Ce fut un véritable rayon de soleil jusqu’à ses dix-neuf ans où elle a doucement fermé les yeux …

 


 

2 déc. 2019

Emotion végétales - Chapitre III



Le jardin a pris froid
Et sur l’herbe tremblante
Des pétales étendards
Dressent leurs belles couleurs
Résistance florale !
 
Mouron rouge Lysimachia arvensis

Mouron rouge (Lysimachia arvensis, anciennement, Anagallis arvensis) de la famille des Primulacées.
A noter que dans cette famille on trouve le Coucou (Primula veris), les primevères (Primula vulgaris), le Clymamen persicum, etc…
et non le Mouron blanc. ce dernier n’a rien à voir avec notre petite plante.

D’ailleurs contrairement au Mouron blanc, le Mouron rouge est toxique pour l’homme et mortel pour de nombreux rongeurs.

Le Mouron rouge est souvent dédaigné, voire carrément ignoré et pourtant, regardez sa petite fleur aux joues rouges,
voyez comme sa bouille est jolie ; on la dirait joyeuse, prête à rire et nous faire rire, et sa simplicité, n’est-elle pas de toute beauté ? 




Bourrache officinale Borago officinalis L.

 Bourrache officinale (Borago officinalis L.) de la famille des Borraginacées. 

La Bourrache officinale est une plante qui n’a plus de secrets pour personne… 
encore que… 
elle porte en elle tant de trésors que nous n’avons pas fini de tous les découvrir…

Cette plante, très appréciée des oiseaux, des abeilles et de nombreux autres insectes butineurs,
a également toute sa place dans nos assiettes (bien connue des amateurs de cuisine sauvage) et dans notre pharmacopée… 

Si vous souhaitez découvrir plus encore cette belle plante,
je vous recommande « La Bourrache, une étoile au jardin » de Bernard Bertrand ;
vous y trouverez, entre autres, quelques recettes de cuisine et de soins.


Bourrache officinale Borago officinalis L.
 



17 nov. 2019

Emotions végétales - Chapitre II

Des fleurs de Yucca
Baignées de perles de pluie
L'automne a pris froid



Bouton de fleur de Yucca sous la pluie






Bouton de fleur de Yucca sous la pluie





Fleurs de Yucca sous la pluie



"Dans chaque perle de pluie
un univers entier
se cache"



7 sept. 2019

Les filles de la prairie...


Carotte sauvage (Daucus carota)


Déambuler dans la prairie sur le chemin de la rêverie, tout en vous observant…
Vous dansez dans le vent la plupart du temps et lorsque le soleil attise l’air, vos rires résonnent sous la chatouille de quelques insectes gourmands.
Quand vient la pluie, vous l’accueillez en chantant et faites de chaque goutte une note douce.


Les joues rosées de votre jeunesse ont un éclat de promesses ; quant à la chevelure immaculée de votre maturité, aucun butineur ne peut lui résister. 
Lorsque sur vos vieux jours, vos ombelles se referment sur elles-mêmes, vous devenez des reines qui portent en leur cœur les souvenirs d’un été vivant et chaleureux… 

Indomptées, rustiques et délicates, les filles de la prairie sont des fleurs que je chérie… 

Fleurs de carotte sauvage...



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)
  


Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)

Feuilles de Carotte sauvage (Daucus carota)Très facilement observable dans nos prairies par son abondance, la carotte sauvage est une ombellifère rustique qui peut atteindre 80 cm, voire 1 mètre de hauteur. Comme toutes les plantes de sa famille, les apiacées, les feuilles sont composées, on dit qu’elles sont pennées. 


Cette plante possède une particularité non négligeable, elle est poilue. Non négligeable, car dans la famille des apiacées, il existe des plantes toxiques, comme la ciguë, la grande ciguë, la ciguë vireuse, les œnanthes… ; ces plantes toxiques ont toutes un point commun, elles n’ont pas de poils ; on dit qu’elles sont glabres.
On peut également constater l'odeur de carotte après avoir écraser des feuilles entre ses doigts.

Il est donc aisé d’éviter le pire si on veut goûter, mais il faut savoir rester prudent si la cueillette de plantes sauvages n'est pas une habitude...



La fleur de cette plante, où plutôt les fleurs, sont de toute beauté, alors observons les de plus près. 


Carotte sauvage (Daucus carota)

On peut remarquer que la plante possède plusieurs tiges florales qui partent d’un même centre : ce sont des ombelles. Si on regarde encore plus précisément chaque tige, on aperçoit d’autres tiges partir également d’un même centre ; ces inflorescences sont des ombelles d’ombellule. 


Carotte sauvage (Daucus carota)


Dessous l’inflorescence, on remarque des petites feuilles bien ramifiées et dirigées vers le bas, ce sont des bractées ; aspect typique de cette famille. 


Carotte sauvage (Daucus carota)


Et enfin sur l’inflorescence, mais pas toujours, on aperçoit au centre de la blancheur de l’ombelle, une ou plusieurs petites fleurs centrales de couleur rouge sombre à violet,  d’où son nom commun de « goutte de sang ». 


Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)

 
La Carotte sauvage est comestible, mais attention, pas n’importe quand.

Au début du printemps, quand la plante commence à grandir, ses jeunes tiges sont très souples, à ce moment on peut les déguster. Pour cela, coupez une tige, pelez-la et croquez. Proche du goût de la Carotte, mais plus intense, c’est frais et aromatique.

Lorsque la plante est plus développée, ce sont ses fleurs qui peuvent être dégustées en beignets, cuites à la vapeur ou mijotées seules ou avec d’autres légumes.

Les feuilles se mangent également, mais de préférence jeunes. 
La racine peut être mangée mais attention sa récolte s'effectue avant l'arrivée des tiges (de l’automne au début du printemps). En dehors de ces périodes, il n'y a aucun intérêt gustatif ; la plante ayant épuisée toutes les réserves, la racine devient fibreuse.

Enfin les graines peuvent être utilisées comme aromates (salades de fruits, soupes, ragouts ou autres). Elles ont des propriétés galactogènes et digestives, particulièrement actives contre les ballonnements ; mais attention, à éviter en cas d’insuffisance rénale ou de grossesse.


Mordelle - Coléoptère sur fleur de carotte
Mordelle - Coléoptère



Guêpe de 4 à 5 mm - Chrysura dichroa - Chrysididae
Guêpe de 4 à 5 mm - Chrysura dichroa - Chrysididae



Guêpe fouisseuse - Sphecoidea
Guêpe fouisseuse - Sphecoidea



Halictus - Abeille sauvage
Halictus - Abeille sauvage


La Carotte sauvage attire de nombreux insectes qui se nourrissent du nectar et/ou récoltent le pollen. Ce sont des guêpes, des abeilles solitaires, des syrphes, des parasitoïdes comme par exemple les ichneumons, et encore bien d’autres insectes floricoles, les leptures, les œdémères, des abeilles à miel peuvent venir également butiner les fleurs.

Ces fleurs sont aussi un vrai terrain de chasse pour les téléphores et des petites araignées. 


Téléphore fauve (Rhagonycha fulva)
Téléphore fauve (Rhagonycha fulva)


La Carotte sauvage est la plante hôte de la chenille du Machaon (Papilio machaon) et les oiseaux se régalent de leurs graines, comme les verdiers. La Carotte sauvage est une belle représentante de la biodiversité ! 



Différentes stades larvaire (chenille) du papillon Machaon ou Grand porte-queue (Papilio machaon)
(cliquez pour agrandir les photos) 

 

Machaon ou Grand porte-queue (Papilio machaon)
Machaon ou Grand porte-queue (Papilio machaon)


Savez-vous que la carotte que nous avons aujourd'hui dans notre assiette est issue de la Carotte sauvage ? 
Appréciée pour sa petite racine en Asie centrale, sa culture en terre fertile a permis de développer ses qualités gustatives ; la racine était moins dure, plus grosse et son goût plus doux.  
C'est Charlemagne qui a encouragé sa culture dans les domaines royaux, ainsi à la renaissance, la consommation de la carotte était devenue commune. 


Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)




Moins connue que de nombreuses huiles essentielles, celle de la carotte sauvage est une mine d’or.
Elle stimule le système hépatique en usage interne. 

En usage externe, elle tonifie les cellules cutanées. 
Elle peut être également utilisée comme anti-inflammatoire. 


Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)



Carotte sauvage (Daucus carota)


Alors la belle sauvageonne qu'est cette carotte, vous a t-elle séduite ? 



Références : 
  • "Le jardin naturel" Vincent Albouy 
  • "J'ai vu une fleur sauvage" Hubert Reeves
  • Site "Le chemin de la nature" : https://www.lechemindelanature.com/
  • Site "Les conseils phyto-aromatiques de Laurence" : https://conseilsphytoaroma.com/

 Et aussi quelques observations personnelles... 





© Edith Gayot-Boudier

Les photos et les textes de ce site ne sont pas libres de droit et sont régis au droit français et au Code de la Propriété Intellectuelle / All Rights Reserved.

Toute utilisation des images et textes doit avoir fait l'objet d'une permission d'Edith Gayot-Boudier / No image and text maybe copied or reproduced in any way with outwritten permission from Edith Gayot-Boudier

Vous remerciant / Thank you